Les ponts et passerelles sur l'Orbieu

Texte et photos Monique MARTI

La digue construite en 1857, que nous appelons maintenant la chaussée ou le barrage, permettait d'apporter l'eau via un béal, probablement dans le but d'alimenter la forge (la Fargo). Mais aucune certitude...

La première passerelle construite en bois date de 1892. On l'appelle la Palanque. Une croix reste le dernier vestige et marque son emplacement.

Cette passerelle fut détruite par la crue de l'Orbieu de 1920.

La Palanque:

                                                                                                                                                                                                                       mariage Benjamine CROS

Une nouvelle passerelle, cette fois en fer, fut construite au même emplacement. On l'appelle le pont rouge, de la couleur de sa structure. Pour l'instant la date de sa création ne nous est pas connue.
Ce pont fut détruit par la crue de 1940.

Le Pont Rouge:

Après cette date on passait à gué pour traverser la rivière et une petite passerelle avait été faite au niveau de la Péroutière pour les piétons.

La passerelle de la Péroutière:

  Marguerite CLERGUE, René CLERGUE et Céline CROS

Le pont submersible actuel a été construit en 1955.

Les croix de Saint Pierre

Il existe neuf  croix à St Pierre:

- La croix du quai, qui semble-t-il aurait été déplacée.

- La croix du moulin, sur l'ancien chemin reliant le village au moulin.

- La croix de Saint Antoine, qui a été semble-t-il volée et dont il ne reste plus que le socle, qui se trouve au bord de l'Orbieu

- La croix du champ de l’Horte  sur le chemin de Forodones: (personne  ne sait où se trouvait cette croix dont il semble ne rester aucune  trace).

- La croix du château à l’embranchement d’où partait le chemin de Saint Martin. Disparue suite à des travaux, elle  se situait probablement derrière Joffre, au départ du sentier allant vers la Soulane.

- La croix de la Palanque au bord de l’Orbieu (autrefois au départ de la passerelle, elle se trouve au bord des jeux d'enfants, près du pont submersible allant à la Fargo)

- La croix de Saint Martin sur la butte (près du pylône  (ancienne antenne), et du chemin des Tougnes).

- On doit noter aussi les deux croix se trouvant sur le faîte de l'église et de la mairie.

Pendant la période des rogations, des processions étaient organisées au mois de mai  les après-midi, le lundi à la Croix du Champ de l'Horte, le mardi à la Croix du Château, le mercredi à la Croix de la Palanque, et le jeudi de l'Ascension à la Croix du moulin, pour bénir les récoltes  et attirer la bienveillance divine sur le temps.

Le jour de l’ascension tout le village y participait. On déposait des bouquets de fleurs  au pied des croix.

Chaque village garde le souvenir d'une procession pour demander la pluie qui se termine dans la confusion la plus totale après "una brava ramada". Ainsi à St Pierre, pendant une période de sècheresse redoutable (en 1865) M. Matturé curé du village décida d'organiser une procession et d'amener la statue de saint Antony à la Croix de Saint Antoine. Là il fut décidé de tremper la statue. Mais malencontreusement le saint tomba et eut un bras cassé.
Sur le chemin du retour le tonnerre gronda et l'orage éclata.

Une grande partie de ces informations sont issues du très beau livre "canton de Lagrasse" de Francis Poudou (opération "Vilatges al pais") publié par le Conseil Général de l'Aude et d'autres ont été récoltées auprès d'habitants du village que nous remercions.
Nous sommes friands de toute information, correction ou document (texte ou photo) qui pourraient enrichir nos connaissances.

     

 

Le Château de Saint Pierre

 

C'est en 1160 que le château de St Pierre, appelé à ce moment-là SAN PIERE DEL CALMIS, a été construit par les moines de LAGRASSE. Le but de cette construction était de matérialiser la propriété des terres de SAINT PIERRE et de protéger les habitants contre les turbulents voisins, les Seigneurs de TERMES.

Mais les défenses n'étaient pas assez fortes pour empêcher RAYMOND II, comte des TERMES de s'en emparer et de le confier à son parent et allié Pierre de CUCUGNAN.

Restitué à l'abbé de LAGRASSE en 1208 par RIXENT, fille de RAYMOND II, il sert d'étape aux croisés de SIMON de MONFORT  allant assiéger TERMES. L'inquisition qui suit les croisades fait des victimes à SAINT PIERRE: Pierre PONS, Raymond SUTOR, et Pierre PIERVENT sont brûlés vifs en présence de SAINT DOMINIQUE.

En 1247, SAINT LOUIS rend le château à la famille de CUCUGNAN, mais se réserve la suzeraineté. Les habitants de SAINT PIERRE sont affranchisés en 1324 par Guillaume d'ALZONNE, abbé de LAGARASSE.

Le village n'est alors constitué que de deux maisons. Ce n'est qu'après 1550 qu'apparaissent les maisons du village (le château étant devenu trop petit pour contenir tous les habitants).

En 1653, le Cardinal MAZARIN en ordonne la destruction mais l'abbé de LAGRASSE intervient , indiquent que ce château n'est pas une place forte et qu'il abrite des nombreuses familles.

En 1790, avec la constitution de la municipalité de SAINT PIERRE le château s'émancipe complètement de la tutelle monacale.
Au milieu du XVIIe siècle, sous Louis XIV, ce château est écrêté, ses tours et ses créneaux sont détruits et deux nouvelles portes sont percées dans le rempart Est. Ces portes sont à l'origine des deux ruelles dont une est encore recouverte de calade, qui rejoignent le porche authentique.

Entre les deux guerres, le château est abandonné par la population.

Au début des années 1970, une partie du rempart Sud s'effondre et la municipalité en profite pour détruire également le bastion Sud-Est du château cathare pour créer un parking.

(suite à venir...)

L'église du XIIème siècle

     

L'église romane du XIIème siècle, avec 2 travées et 4 chapelles latérales a été reconstruite en partie vers 1890.

La légende raconte qu'un "prince arabe" se trouverait enterré sous le cœur...

Son clocher s'honore d'une cloche datant de 1307, la plus vieille du département.

En 1994, la façade de l'église et son clocher sont restaurés (entreprise Loupiac Emile). La même année, un système électronique remplace l'horloge mécanique (voir photo ci-dessus) avec un déclenchement automatique pour sonner les heures et demi-heures, les cérémonies religieuses et l'angélus.

Le clocher s'est vu doter d'une troisième cloche (15 août 1995) baptisée Marie (marraine Marinou Rivière).

La chapelle Notre Dame de la Consolation

La chapelle Notre Dame de Consolation a été bâtie sous le château vers 1885.

Elle a été restaurée par de nombreux bénévoles en 1984. 

  

 Les Capitelles 


"Les Capitelles" sur Wikipédia (click !) 

Sous la houlette de Michel Daube, spécialiste des murs en pierres sèches, et dans le cadre de l'association La Clef des Champs, plusieurs Capitelles et murs en pierres sèches ont été restaurées dans et autour de St Pierre des Champs au cours de chantiers du samedi qui ont réuni quelques passionnés.

Tous les détails sur la page de La Clef des Champs (click !)

Télécharger ci-dessous quelques belles restaurations... (click sur les images...)

                                     

   La Devese                  Les Cayrèdes        La Plaine de Marc 1     La Plaine de Marc 2      La Plaine de Marc 3

 



 

Restez connectés...

Inscrivez-vous sur la Newsletter Municipale et recevez nos informations par e-mail...

Restez connectés

Où est St Pierre des Champs ?

Saint Pierre des Champs se trouve dans le département de l'Aude, dans le Sud Ouest de la France.

Trouver St Pierre...